Cligno

Elections législatives - Les scrutins auront lieu les 11 et 18 juin. Le bureau de vote sera ouvert de 8h00 à 19h00.

mardi 24 février 2015

Discours de l'inauguration de l'exposition "Grande Guerre"

22 février 2015 Inauguration de l'exposition "Grande Guerre" à la mairie de Baron
Des enfants élus au Conseil Municipal Jeunes le 12 février participent à cette manifestation


Mesdames, Messieurs, chers amis,
Je vous remercie de votre présence aujourd’hui. Baron a souhaité rendre hommage à ses morts de la Grande Guerre. Aujourd’hui, nous inaugurons une exposition à l’occasion des commémorations du centième anniversaire de cette guerre mondiale.
Cette exposition est proposée pour la partie photographique par l’Association des Maires de la Gironde, pour les livres exposés par la Bibliothèque de Baron en collaboration avec la Bibliothèque Départementale de Prêt de la Gironde, et pour les objets exposés, par les habitants de Baron que d’ailleurs  je tiens à remercier tout particulièrement. Je remercie bien évidemment l’ensemble des élus qui a contribué à l’organisation de cette manifestation.
Le déclencheur de cette guerre a été  l’assassinat de l’archiduc héritier François Ferdinand de Habsbourg-Este le dimanche 28 juin 1914 à Sarajevo.
Le 1 août 1914, le tocsin retentit dans tous les villages de France annonçant la mobilisation générale. L’affichage de l’ordre de mobilisation s’effectuera le lendemain. Le 3 août, l’Allemagne déclare la guerre à la France qui à son tour, le 11 août, déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie. L’Europe et le monde bascule dans la Grande Guerre. Des millions de civils – plus de 3 800 000- rejoignent leur régiment. La mobilisation séparait maris, épouses, pères et enfants. Quand les hommes montaient dans les trains, ils ne savaient pas où ils seraient débarqués. Ils étaient pour la plupart persuadés que la guerre serait courte et qu’ils regagneraient rapidement leur foyer.
Face à l’oppression de l’ennemi, le gouvernement français se réfugie à Bordeaux le 2 septembre. La guerre des tranchées débute en novembre 1914.
C’est toute une société qui voit ses habitudes bouleversées, des familles décimées et les atrocités d’une guerre  vont rythmer le quotidien. La population n’était pas préparée.
Le lien avec les familles se faisait à l’époque par voie postale. Des millions de lettres ont été échangés entre les combattants et leur famille. Je vous propose d’écouter la lecture de certaines d’entre elles.
----Les enfants lisent----

Les horreurs des différentes batailles vont se faire sentir jusque dans les plus petits villages de France. Regardez sur les monuments aux morts le nombre de nos compatriotes qui sont tombés sur le champ d’honneur.
A Baron, 17 noms en sont le témoignage.
Dans l’ordre alphabétique :
Castets Jean, mort pour la France le 17 octobre 1917 à Moulin de Couvailles
Chartral Louis, mort pour la France le 8 novembre 1914 à la ferme d’Hurtebise
Claverie Joseph, mort pour la France le 9 juin 1918 à Vaux
Combarel Henri, mort pour la France le 15 juillet 1918 au Lazaret de Gelsenkirchen
Constantin Jean, mort pour la France le 27 février 1916 à Douaumont
Constantin Pierre, mort pour la France le 23 février 1918 à Baron de maladie contractée en service
De Filley Pierre, mort pour la France le 8 novembre 1916 à Pressoire
Gazillon Léonard, mort pour la France le 9 mai 1916 à Maucourt
Germineau François, mort pour la France le 23 juin 1915 à la Fontenelle
Lafosse Georges, mort pour la France le 30 septembre 1917 côte 304 à Esnes
Laville Louis, mort pour la France le 3 septembre 1916 à Vaux Chapitres
Maly Joseph, mort pour la France le 11 aout 1915 au Bois de Gruerie
Marty Pierre, mort pour la France le 19 juillet 1916 au Bois de Gruerie
Nicolas Pierre, mort pour la France le 2 juin 1917 à Aubérive
Prévot Jean, mort pour la France le 7 décembre 1918à l’hôpital de Portieux
Secondat de Montesquieu Jean, mort pour la France le 9 septembre 1914 à Mondement
Pouvreau Elisabeth, morte pour la France le 28 février 1917 à l’hôpital complémentaire 25 à Talence

L’exposition que nous inaugurons aujourd’hui est dédiée à leur mémoire.
Baron se souvient !
Notre village ne comptait que 400 habitants en 1914, c’est donc près de 5 % de sa population  qui a disparu tragiquement.
Au total, cette guerre causa la mort de 10 millions de personnes en France et en Allemagne, six millions furent blessées dont certaines très gravement, les gueules cassées, pour lesquelles le Service de Santé des Armées et en particulier les chirurgiens ont développé leur savoir-faire pour tenter de redonner un sens à la vie de ces soldats meurtris.
Cette guerre a eu des conséquences démographiques significatives telles qu’un déséquilibre profond entre les hommes et les femmes et un vieillissement considérable de la population.
Commémorer, c’est accomplir notre devoir de mémoire vis-à-vis de toutes celles et ceux qui nous ont légués les valeurs de courage pour la défense de la Nation et de la démocratie. Dans cet esprit, il n’est jamais inutile d’associer au souvenir de la Grande Guerre, les luttes quotidiennes pour combattre sans relâche ce qui divise : l’indifférence, l’intolérance, la xénophobie et le racisme, l’obscurantisme, l’individualisme et le repli sur soi. Ces germes de haine doivent être combattus sans faiblesse. Pour définir «commémorer », je m’appuierai sur un extrait du discours du Président de la République prononcé le 7 novembre 2013 lors de l’inauguration du centenaire de la première guerre mondiale : « Commémorer, c’est renouveler le patriotisme, celui qui unit, celui qui rassemble, qui n’écarte personne au-delà des parcours, des croyances, des origines et des couleurs de peau ».

 C’est à nous, ensemble, de faire vivre l’esprit de toutes les réconciliations et de toutes les fraternités que nous avons hérité de nos soldats épris de paix, de liberté et de fraternité, ces biens communs universels.
Restons dignes des sacrifices vécus par nos combattants de la grande guerre et de leur dévouement courageux.
« Savoir, c’est se souvenir » disait Aristote. Alors oui, souvenons-nous de nos morts, que notre mémoire renforce notre détermination à œuvrer inlassablement pour la paix !
Vive la République !
Vive la France !
Je déclare ouvertes les portes de l’exposition de la guerre  1914/1918 et je vous souhaite une bonne visite.

Je vous remercie !

Un verre de l'amitié est servi.

le Maire

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Magnifique discours. Tant que nous aurons des élus tels que vous, nos aînés qui ont donné leurs vies pour nous, resterons dans nos mémoires.
Mme MANU